Une conversation sur la musique et la santé mentale

La conférence au festival Pop MontréalLe burnout et la santé mentale dans l’industrie m’a emmenée à poser quelques questions à Diana Tat est doctorante en neuropsychologie afin d’avoir davantage d’informations sur le sujet. 

« Plus de 80% sur une base quotidienne, des jeunes adultes (15-24 ans) écoutent de la musique au moins une heure par journée ». 

Dans le cadre de son doctorat, Diana Tat mène une étude sur l’effet de la musique sur le stress et l’anxiété, mais elle se spécialise sur les athlètes qui ont subi des commotions cérébrales.  Son étude est faiteau laboratoire MUSEC, le Laboratoire de recherche sur la musique, les émotions et la cognition, et elle est liée au BRAMS, le Laboratoire de recherche sur le Cerveau, la Musique et le Son.

Qu’est-ce que le burnout ? Les causes ? 

  • Il y  a un chevauchement avec la dépression, mais le burnout découle de  l’épuisement professionnel. Il s’agit d’un facteur important. 

Outils pour surmonter l’anxiété (en lien avec la musique)

  • Du côté de la littérature scientifique, il n’y a pas de réponses précises. (ex : une chanson en particulier).
  • Recommandations scientifiques – musique instrumentale (sans paroles) et de la musique classiqueparce que les paroles peuvent interférer avec le processus de relaxation. 
  • Dans les études, les musiques classiques sont souvent utilisées.
  • Mélodie : la littérature suggère un rythme lent. Le corps et le coeur vont se synchroniser avec le rythme de la musique et ralentir leur cadence.

Études scientifiques 

  • La musique peut raviver des souvenirs (ex : expériences traumatisantes ou expériences positives).
  • Les chercheurs demandent au participant d’exécuter une tâche stressante. Ensuite, ils lui font écouter de la musique et ils regardent dans quelle mesure la musique peut réduire le stress. 
  • Ils vont mesurer le stress à deux niveaux :
  1. Niveau auto-rapporté : selon sa perception, la personne indique le niveau de stress sur une échelle.
  2. Les chercheurs posent des électrodes pour mesurer l’activité cardiaque et l’activité électrodermale qui est l’activité électrique de la peau. 
  • Par exemple, lorsque nous sommes stressés, nos mains deviennent moites. Donc, lorsque les chercheurs mettent des électrodes sur les doigts, ils peuvent mesurer le niveau de sudation qui indique l’activation du système nerveux autonome et cela leur permet de comparer différents groupes de participants, différentes conditions audio et de savoir si la musique se démarque.

Sélection des chansons

  • Pièces classiques
  • Pièces instrumentales 
  • Sans paroles 
  • Elles sont jugées par les participants. 

L’étude à Diana Tatt

  • Elle est présentement dans la phase d’essai (testing) et elle a recueilli quelques données. La tendance est prometteuse. (ce n’est pas statistique).
  • Comparaison : l’écoute de la musique avec une autre condition sonore. Les chercheurs font faire une autre activité sonore au participant.
  • Ils comparent aussi avec le silence. Il pourrait y avoir un effet dis-tracteur, mais il est difficile de savoir quels sont les bénéfices de la musique. Par exemple, une autre activité sonore pourraitêtre d’écouter un livre audio.
  • Indice : voir l’électrocardiogramme.
  • Nombre de participants : une quinzaine, mais son objectif est de 30 participants. 
  • Remplir plusieurs questionnaires sur le stress.
  • Protocole : validé et standardisé.
  • Ce qui fonctionne est un stress de nature sociale (socio-évaluative). Par exemple, faire un discours où la personne sera par la suite jugée. (peur d’être jugé, de faire quelque chose devant le public).
  • Instructions – un temps prévu pour le discours, mais les indications sont données aux participants.

Faits intéressants 

  • Pourquoi est-ce que la musique fonctionnerait pour la réduction du stress ?
  1. La musique favoriserait l’humeur et les émotions.
  2. Il y a eu plusieurs sondages, « pourquoi écoutez-vous la musique ? » . La réponse qui revenait le plus souvent est « pour moduler l’humeur » (se relaxer, se calmer). Donc, sans nécessairement connaitreles effets de la musique, les gens l’écoutentpour changer leur humeur.
  • Le circuit de la récompense dans le cerveau  – lorsqu’un individu ressent des frissons en écoutant de la musique, c’est la même voie qui s’active que lorsque l’on prend du chocolat.  Donc, c’est pour cela que l’on peut écouter la même chanson en boucle ! 
  • Dépendance à la musique ? – il n’y a pas de dépendance à la musique, mais les chercheurs essaient encore de comprendre la question. 

«  Selon une étude, 97,2% de la population écoutent la musique ».

La musique est omniprésente dans nos vies. Il faut écouter la musique quinous plait !

Plus d’informations sur les effets de la musique sur le stress : 


Laisser un commentaire