Une conversation avec le chanteur soul Clerel

Les soirées Sound of Soul se déroulent à la salle de spectacle Le Balcon situé au quartier des spectacles à Montréal. Ce sont des spectacles où le meilleur de la musique soul, r&b, motown et funk est présenté au public.

Le 18 octobre dernier, j’ai eu la chance d’assister à la prestation de Clerel où il a interprété plusieurs chansons comme Rock With You de Michael Jackson, All Night Long (All Night) de Lionel Richie, Let’s Stay Together d’Al Green, What’s Going On de Marvin Gaye, etc.

Donc, avant le spectacle de Clerel, nous avons discuté de son EP, de son parcours musical et de son processus de création.

La conversation avant le spectacle

EP : Songs form Under a Guava Tree

Pourquoi ce titre?

  • Sa famille avait un goyavier au Cameroun (son pays d’origine).
  • Le titre présente une partie marquante de sa jeune enfance.
  • Le goyavier était une façon de faire un clin d’oeil à ses origines et son parcours personnel. Donc, c’est de faire un clin d’oeil à ce petit garçon qui écoutait la musique et qui en aimait. Aussi, il ne pensait pas que ce petit garçon un jour allait faire de la musique professionnellement.

Vie familiale

  • Il vit à Montréal depuis 6 ans.
  • Sa famille a déménagé aux États-Unis où il y a vécu 5 ans.
  • Il a fait ses études universitaires en chimie. Après le BAC, il a déménagé à Montréal.
  • Être à Montréal était l’opportunité de s’allier à sa passion qui est la musique.
  • Clerel a toujours aimé chanter. Il écoutait les chansons des bandes sonores d’émission de jeunesse.
  • À l’université, il vivait au campus avec un coloc qui avait une guitare acoustique. Il était curieux à savoir comment fonctionnait la guitare. Donc, il a appris a joué en 2009.
  • Aussi, il a commencé à chanter.

Inspirations musicales

  • Il se rappelle à l’âge de 8 ans avoir écouter l’album de Jean-Jacques Goldman, des chansons de Françoise Zardy, du Jacques Brel, etc. Il était une éponge puisqu’il absorbait tout.
  • Il a découvert la musique soul à 19-20 ans où il a découvert des chanteurs comme Marvin Gaye, Al Green, etc.

«  Tu as l’impression de savoir comment les personnes se sentaient lorsqu’ils ont fait l’enregistrement de leurs chansons » .

– Clerel

  • Clerel écoute de la musique pop et il a des inspirations gospel.
  • L’église a été un des premiers endroits où il est tombé en amour avec la musique.
  • Il est surtout un auditeur.
  • EP : Il tente de se chercher et faire ressortir toutes ses influences musicales.
  • Burna Boy : il a arrive à synthétiser plusieurs sons.

Image (son branding)

  • Branding : c’est la musique soul parce que tu le ressens.

Processus créatif

  • Il avait fait beaucoup de reprises (cover) de chansons. Clerel a appris plusieurs chansons d’artistes qu’il aimait.
  • Il a fait beaucoup de soirée open mic à son arrivé à Montréal.
  • À quelques moments, il y a des mélodies qui lui passent par la tête, ou même il y a des situations qui l’inspirent ce qui fait qu’il peut écrire sur celles-ci.
  • Clerel a pris toutes ces différentes idées puis il a composé.

Chansons

  • Processus de quelques mois où il a « jammé » et construit graduellement les chansons.

Enregistrement

  • Clerel a travaillé avec Kento Kataoka avec qui il a enregistré les chansons dans son home studio.
  • L’été dernier ils ont enregistré les 5 chansons du EP.
  • Clerel aime travailler en équipe.

Des collaborations?

  • Tout est une question de feeling.
  • Il veut trouver des gens qui ont des compétences complémentaires aux siennes.
  • Son but cette année est de faire plus de collaborations.
  • Il a collaboré avec Fatoumata Gallas que l’on peut entendre sur la chanson Wild Things.

Message du EP

  • La dernière chanson est Kiss the Whole World. Les messages de la pièces sont ce qui nous fait avancer même si la vie est parfois difficile c’est que nous devons garder espoir et savoir qu’éventuellement, nous trouverons notre place et que ça marche.
  • Voix : sens de calme et de sérénité.

Thèmes

  • Espoir
  • Surmonter les obstacles et continuer d’aller de l’avant.
  • Désir de connexion et de réflexion sur un passé amoureux .
  • La musique vient en premier et les paroles viennent par la suite
  • Désillusion du monde autour de soi.
  • Il n’y pas nécéssaire de message qui est lié au titre du EP, Songs From Under a Guava Tree.

Il a un album complet qui sortira en 2020. Détails à venir….

Finalement, il y a avait une belle ambiance dans la salle du Balcon. La soirée Sound of Soul a été l’opportunité de découvrir des chansons et d’écouter les reprises favorites de Clerel.

Pour plus d’informations sur Clerel :

Source de l’image : Kanga in Space

Un artiste à suivre…Wesley Sky!

Le 11 octobre dernier, le spectacle de Wesley Sky a eu lieu au restaurant-lounge Orhema situé à Laval.

Ce fut une soirée de musique et de découvertes musicales où Wesley Sky, artiste et rappeur montréalais en provenance de Cartierville a donné un spectacle en compagnie d’artistes invités.  

Cette soirée musicale animée par Kara Antoine nous a donc fait découvrir divers artistes venus partager leur art.

Les artistes invités

Les deux artistes qui sont venus faire leurs prestations sur scène sont la chanteuse Suffi Makaya et le poète Vu Zi.

Suffi Makaya a fait une belle interprétation de la chanson Diamonds de Rihanna. Toutefois, à quelques moments la voix de Suffi Makaya était trop basse et nous ne pouvions pas bien entendre sa voix. À mon avis, la performance a été trop courte et nous aurions voulu entendre davantage de son répertoire.

Ensuite, a suivi la performance de Vu Zi qui a présenté deux poèmes, dont un, nommé “Jeunesse décadente”. Le poète a mentionné avoir eu une réflexion portée sur l’amour. Il a dit qu’une preuve d’amour est d’écouter. Donc, il faut être attentif et porter une attention particulière à ce que les artistes nous présentent. 

La dernière prestation de la première partie de la soirée a été consacrée à la rappeuse Po Lean. Elle a chanté des pièces musicales de son EP Growing Through It . Po Lean veut inspirer son public à avoir un esprit de force et de courage. Elle à une belle énergie sur scène! Son projet sera disponible en janvier 2020. Hâte de découvrir son EP!

Wesley Sky

Wesley Sky a présenté plusieurs chansons à son public (#teamBATISSEURS) comme  Jungle et TRAP (Travail – Respect – Amour – Passion).  Il a fait la chanson Lettre à mes fils, dédiée à ses fils, une pièce d’un ton plus personnel, car il voulait que son public saisisse qui il est. 

“Je fais du rap constructif avec style”

-Wesley Sky

Une des questions qu’il a posé au public est : 

Téquitoi? (Tu es qui toi?)

Moi, c’est Wesley Sky toi tu es qui?

L’artiste montréalais a expliqué qu’il était important de savoir qui nous sommes. Aussi, il a mentionné également lancé un puissant message concernant la dépression : 

« J’ai vécu la dépression et ça ne définit pas qui je suis”

– Wesley Sky

Donc, qu’est-ce qui nous définit? Notre métier? Notre passion? Notre entourage? 

L’énergie dans le lounge était électrisante et nous pouvions voir quelques membres du public chanter les paroles des pièces musicales. 

Enfin, une belle énergie s’est fait ressentir lors du spectacle. Il semble que le thème de la soirée était l’identité. Être fier de qui nous sommes et du chemin qui est dessiné devant nous. Tous les artistes ont démontré cela au public. Alors, et toi….téquitoi?

Source de l’image : Wesley Audigé

Une conversation avec Kim Thúy

Dans le cadre de la série des arts et des lettres en association avec le Conseil des Arts et les Lettres du Québec et de la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, l’auteure Kim Thúy était présente afin de discuter avec le public.

Elle a publié plusieurs livres à succès tels que Ru, Mãn, Vi, Le secrets des Vietnamiennes, etc.

La bonne humeur et la joie de l’auteure vietnamienne et québécoise Kim Thúy se faisait ressentir dans l’auditorium. Elle a laissé le public poser des questions pour avoir une discussion sur divers sujets.

Voici les points importants de la soirée, «  Le temps…les mots » de Kim Thúy.

Adaptation

Elle s’adapte rapidement au lieux où elle se retrouve (lors de ses voyages).

Processus d’écriture

Elle peut passer une journée pour trouver un mot mais plus précisément Kim Thúy doit entendre les mots dans sa tête. Un des éléments fort intéressant dont elle a discuté est le fait que la langue vietnamienne est basée sur le chinois. Aussi, elle est créée par les images tandis que le francais est créé par le son.

Kim Thúy efface 70% à 80 % de ses écrits lorsqu’elle est dans son processus d’écriture. En ce moment, elle est en train de rédiger un roman où elle ressent le même sentiment de joie qu’au début de sa carrière d’écrivaine.

Routine d’écriture

L’auteure n’a pas de routine. Elle écrit debout sur son comptoir de cuisine où elle pose son ordinateur sur des livres. Aussi, Kim Thúy a mentionné qu’elle prend le temps d’écrire dans les aéroports. Toutefois, elle a spécifié qu’elle n’écrit plus dans les avions, car elle veut prendre le temps de se reposer avant d’arrivée à destination.

Personnalité

Kim Thúy était une enfant très timide lorsqu’elle était au Vietnam. Et pourtant, maintenant, lorsqu’elle est sur scène et partage sa passion avec le public elle ne semble pas être timide mais très à l’aise. Aussi, elle a expliqué qu’au moment où elle et sa famille sont arrivées au Québec, Kim Thúy a eu une deuxième naissance.

Un des moments forts de la soirée a été la rencontre d’une étudiante venue de New Delhi en Inde pour venir faire ses études de maîtrise en langue française. Donc, elle a décidé faire ses études sur les écrits de Kim Thúy. Un beau moment !

Cette soirée de littérature et de savoir a été riche en émotions et témoignages. Donc, comme Monsieur Jean-Louis Roy, le président de la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec a dit:

«  Ce soir nous allons recevoir un être humain exceptionnel, un être rare qui a eu plusieurs vies… »

-Jean-Louis Roy, président de la BANQ

Kim Thúy est une grande dame qui a eu plusieurs vies (plusieurs carrières) ce qui lui a permis, aujourd’hui, d’être la meilleure version d’elle-même. Tout cela s’est fait ressentir lors de l’heure et demi passée en sa compagnie.

Enfin, c’était une soirée remplit de fous rire, de joie et d’inspiration. Ce temps passez en la compagnie de Kim Thúy est un rappel qu’il ne faut pas hésiter de poursuivre nos rêves même s’il peut y avoir des embûches.

Source de l’image : Le Métropolitain