Une conversation avec Bertille des Fontaines

L’auteure-compositice et chanteuse française à textes aux accents lyriques et oniriques. Bertille des Fontaines est une artiste qui a plusieurs produit plusieurs chansons. Son plus récent projet se nomme d’Amour et d’eau fraîche. De plus, elle a écrit des romans et est la co-fondatrice du Clan des Carpates, une association culturelle située en France.

Nous avons discuté de ses divers projets, son processus créatif et du Clan des Capartes.

Musique

  • Vous avez écrit les chansons  du projet « d’Amour et d’Eau fraîche», que voulez-vous véhiculer dans vos chansons? Quels sont les messages? 

Huit chansons et quatre autres à venir issues de cette période «  D’amour et d’eau fraîche  ». Douze chansons au total, dont chaque message d’amour vibre respectivement avec les douze heures du jour et celles de la nuit en miroir, les douze mois de l’année, les douze signes du zodiaque, les douze méridiens-organes-entrailles, enfin, avec les douze travaux d’Hercule, et véhiculent, en passion, leurs bienfaits, oraison de guérison :

À la dérive (Numéro de sortie) 1

(Heures) 01h01. 13h13. (Mois) Janvier. (Signe) Bélier. (Méridiens-organes-entrailles) Reins. (Mythe herculéen) Lion de Némée. À la dérive et ses flots d’amour chassent les peurs et les doutes que les reins redoutent, en écoulant les chagrins anciens au loin.

(L’)Allée des Cygnes – 2

02h02. 14h14. Février. Taureau. Foie. Hydre de Lerne. L’Allée des Cygnes balaye les fleurs de souci, d’une aubade en balade, et redonne, en son refrain, terre de liberté, regain d’énergie et de vitalité.

(Les) Amours Oniriques – 9

03h03. 15h15. Mars. Gémeaux. Vésicule. Biche aux pieds d’airain et cornes d’or.  Les Amours Oniriques soulèvent le voile des rêves-miroir et révèlent, passe-muraille de dimension évanescente, les espoirs de fiançailles d’une passion naissante.

Anthologique Amour – 7

04h04. 16h16. Avril. Cancer. Rate. Sanglier d’Erymanthe. Anthologique Amour, corps-à-corps de chair et de bois, où résonnent, en chœur, les tambours d’un troubadour de cœur et de sa muse velours en fleur. 

D’amour et d’eau fraîche – 12

05h05. 17h17. Mai. Lion. Cœur. Écurie d’Augias. D’amour et d’eau fraîche, titre éponyme de cette période d’amour fleuve, rafraîchit la mémoire, les cœurs convalescents et les sens, de ses essences de jouvence, à la claire fontaine de la clairvoyance.

D’une Marguerite – 8

06h06. 18h18. Juin. Vierge. Intestin grêle. Oiseaux du Lac de Stymphale. D’une Marguerite, en un rite d’amour, effeuille, aphrodisiaque, la fleur femelle jusqu’à l’organe mâle, retirant pétale après pétale, tels des larmes, tout chagrin passé de l’âme. 

Mon Amant de Karma – 4

07h07. 19h19. Juillet. Balance. Maître du cœur. Taureau de crête. Mon Amant de Karma traverse avec douceur, la belle saison, de la floraison des bourgeons en passion, jusqu’à la joie de l’été passé maître ès cœurs.

(La) Nuit – 3

08h08. 20h20. Août. Scorpion. Triple réchauffeur. Cavales de Diomède. La Nuit transporte, en son cœur, la rancœur du temps qui passe jusqu’à la sérénité de l’éternité qui jamais ne trépasse.

Paris, Mon Amour – 11

09h09. 21h21. Septembre. Sagittaire. Poumon. Ceinture d’Hippolyte. Paris, Mon Amour, ses promesses « pour toujours », et ses fleurs d’amour en cage, engagent ses amants, mis en gage d’amour, à la vie à la mort, ultime hommage, à la ville illuminée des Dames. 

Si La Do Ré – 10

10h10. 22h22.  Octobre. Capricorne. Gros intestin. Bœuf de Géryon. Si La Do Ré, en quelques notes, convoque les corps en correspondance, invoque les inspirations passées, et, dans l’espérance retrouvée, révoque tout regret. 

(La) Valse Ivre – 6

11h11. 23h23. Novembre. Verseau. Estomac. Pommes d’or du jardin des Hespérides. La Valse Ivre, valse du feu, danse de jouissance, souffle les airs chauds de la passion et réaccorde, d’un commun accord, les corps liés par les cordes à jamais. 

Vol de Nuit – 5

12h12. 00h00. Décembre. Poissons. Vessie. Cerbère. Vol de Nuit, tel un séraphin inouï, plane en messager de la paix, et inonde de larmes de joie, la terre implorée.

  • Qu’est-ce vous inspire à faire de la musique? 

L’amour ! La poésie ! Les songes de la nuit ! La magie du jour ! La mort, encore et puis, toujours, la vie !

  • Quel est votre processus de création?

Je n’ai pas de processus, de méthode.  Je suis née prête à l’emploi, et, à cet effet, je n’ai aucun mode. Je ne réponds à aucun code, celui du morse du cosmos, excepté. L’inspiration est une naturelle intention, je la puise dans les lumières de mon intuition. Moi, muse et poète, m’amuse à exprimer sans cesse, le cœur de mon œuvre en liesse. Ainsi, naît, chacune de mes créations.

  • À l’écoute de vos chansons, nous entendons de la guitare, est-ce l’instrument que vous utilisez pour composer vos chansons?

Oui. Ladite « Marguerite », ma guitare dite, classique, est un corps authentique dont je ne peux plus me défaire. Je fais corps avec elle, elle fait corps avec moi. Hors-scène, elle me tient à cœur et au corps, porte-voix, et croix, démultipliant ses accords, comme autant de corps amants de mon propre instrument. Aussi, sur scène, de concert, en accord, elle me sert, encore, de garde-corps. Ensemble, nous donnons corps à Bertille des Fontaines et ses chansons, à textes, à prétextes, et autres cœurs, de gestes…

  • Quel est le message dans la chanson «  La Nuit » ?

Il y a dans La Nuit, la notion du temps qui s’arrête ou qui passe. Le temps qui compte ou qui est compté, ou qui se décompte sans arrêt. L’on se rend compte, alors, en cette nuit suspendue, du parcours velours révolu de l’amour dévolu, de ce qui est peut-être perdu et, à jamais, éperdu… Le temps de l’amour, écho du passé, figé dans le présent, en sursis, futur d’immortalité. 

Bertille des Fontaines – La Nuit
  • Comment décririez-vous votre style musical?

Comme une suite de balades bertilliennes, à deux, trois temps, le plus souvent, valsant dans le néant d’un Spleen, épousant le Blues, avec pour féline figure de style, Bertille, à corps perdu et voix éperdue, troubadour d’amour, sur le fil des Fontaines, en marche de cœur, toujours. J’ai le souci, jusqu’au pistil, du style. Du style, à l’épreuve, du style, à l’œuvre, du style jusqu’au culte… Du style, en bouquet, du style, en exercices, du style, à l’étude… Mille effets de style signés à la veine du stylet, voilà, là, le style Bertille des Fontaines. Vivre avec une intensité fertile et vibrer, toujours, avec style. 

Autres projets 

  • Qu’est-ce que «  Les Chroniques des Fontaines » ? 

Les Chroniques des Fontaines est une revue créée par Arnaud Delporte-Fontaine et moi-même. C’est un site fait d’encre d’un sang vert-de-gris, de plumes de cœur et d’esprit, de pierres, briques et rubriques littéraires, parisiennes, culinaires, où l’on peut inscrire de longs ou courts récits à l’humeur, à coup de cœur, à l’envi ! En « Place des Fontaines », le rendez-vous est pris : https://chroniquesdesfontaines.wordpress.com/.

  • Tous contes de fées : Vous avez sorti 2 tomes. Qu’est-ce qui vous a inspiré à écrire ses histoires? 

Tous contes de fées, créé par Arnaud Delporte-Fontaine et moi-même, est un recueil de neuf contes oniriques et fantastiques, une littérature à quatre mains, deux têtes, issu de nos imaginaires réunis, articulé en trois tomes, dont les deux premiers sont déjà parus. Le troisième sort dans le courant de l’été. L’univers vert des contes est propice à l’onirisme, à l’imaginaire et la créativité, c’est une terre rêvée pour faire fleurir nos plumes alliées.  

  • Le Clan des Carpates est une association culturelle, quelle est la mission?

Le Clan des Carpatesest une famille dédiée à la création, et, a pour mission d’aider et de guider tous les créateurs, auteurs et acteurs en herbe à mener à bien leur projet, dans le présent ou le futur, qu’importe leur envergure. 

  • Il est indiqué dans la page «À propos » que « LE CLAN DES CARPATES propose à tous les créateurs, une alternative, celle de mettre en avant leur intuition et appuyer leur idée originelle, sans laquelle, la théorie n’est d’aucune utilité, car au final, seule la pratique compte. » Quels sont les outils ou les moyens utilisés pour que les créateurs utilisent leur intuition? 

Cela dépend de la demande et des profils des personnes qui viennent à notre contact. En général, il s’agit de créer avec elles, une relation privilégiée, un lien familier, au moyen de divers échanges, connexions, formules et autres procédés, et ainsi de révéler leur potentiel, d’orienter leurs idées, de les sortir de toute théorie terrorisante, et de leur donner des ailes, outils bien pratiques pour faire décoller leur projet ! Rendez-vous sur le site du Clan des Carpates pour découvrir toutes nos offres (formules et outils : Script doctoring, Kit Réal et Kit Scénar, profil d’acteur, etc.).

  • Un album ?

Le Summum « D’amour et d’eau fraîche » !

Artiste

  • Qui est Bertille des Fontaines ?  (vous êtes une chanteuse à textes et rédigez des articles pour les Chroniques des Fontaines)

Je vous livre un morceau choisi de mon être, façon « Dans la peau », histoire de pouvoir vous glisser dans ma chair, et peut-être, me mettre à nu, le temps d’une balade bertillienne :

« Je suis Bertille des Fontaines. Et je suis morte trois fois, déjà. La première : j’ai été fauchée à la majorité par le vide de l’espace. La deuxième : j’ai attendu que la vie passe, se fasse. Je suis morte sur place. Et la troisième : À la dérive, j’ai bu la tasse. L’enfer de tes yeux a eu raison de moi. Et puis, je me suis éveillée sous les feux de la Liberté, au beau milieu de l’Allée des Cygnes… J’ai suivi les plumes survenues sur le pavé. Je me suis dit que c’était le signe de t’y retrouver, jamais… Alors, j’ai pris le dernier train qui passait à La Nuit tombée. Je me suis laissé emporter par ce transport d’amour sans possible retour… Et j’ai rêvé, rêvé, rêvé, encore et encore, comme chaque nuit jusqu’à l’aurore. De toi, mon Saṃsāra, de toi, Mon Amant de Karma. Et puis, des bruits de fer m’ont éveillée en sursaut, des pierres se sont abattues dans l’éther, en écho… Un Vol de Nuit délétère m’a mise en terre, aussitôt… Six pieds sur terre encore, je me retrouve, alors, à l’orée d’un onirique champ fleuri, où tout devient possible. Le rêve et la réalité sont deux amants nus. Dans la peau de mon être mis à nu, mes sens, sens dessus dessous, je ne sais plus dans quelle dimension ma passion prend flamme. Mon corps et âme s’enflamment. Me voilà dans la transe de La Valse Ivre ; dans le corps-à-corps authentique de mon Anthologique Amour ; dans les pétales-météorites D’une Marguerite ; me voilà, droit dans Les Amours Oniriques ; dans les cordes adorées en Si La Do Ré... Ô, Paris, Mon Amour, enfin, me voilà pour toujours, en marche sur la Seine qui m’a faite tienne et ce que je suis, Bertille des Fontaines, vibrant à jamais D’amour et d’eau fraîche, à vie et à l’envi. Me voilà, sirène, sereine, déjà sûre et certaine, d’avoir, en veine, vécu. Me voilà, tienne, Bertille des Fontaines, sur la scène dévolue. »

  • Quand avez-vous commencé à écrire des chansons? 

En 2007. Quelqu’un que j’aimais très fort est mort. Dès lors, la boîte aux airs d’or s’est ouverte dans ma tête, et depuis, me hante et m’entête…

  • Vous écrivez des contes de fées, des chansons et des livres de cuisine…qu’est-ce que vous préférez faire?

Chansons à textes, contes de fées, tels Tous contes de fées, contes culinaires, tels les Contes culinaires de la fée Myrtille, nouvelles, courts et longs récits… Toutes mes œuvres en fleuve, d’apparences éloignées, ont pourtant les mêmes résonances où valsent à l’unisson, la passion et la guérison, la magie et l’imaginaire, l’onirisme et le surréalisme… Même si, j’avoue avoir un faible pour la scène, je n’ai aucune préférence à réaliser toutes mes créations, réactions en chaîne.

Pour plus d’informations sur Bertille des Fontaines

Source de l’image: Babelio

Une conversation avec Prateek Kuhad

Prateek Kuhad chanteur-compositeur-interprète de musique folk a pris le temps de répondre à nos questions lorsqu’il était au festival SXSWau Texas. 

Nous avons discuté de son parcours musical, son nouvel EP cold/mess et sa prochaine tournée.

Inspiration pour cold/mess ? 

  • Une collection de 6 chansons qui allaient bien ensemble.
  • L’inspiration est liée à des évènements qui se sont passés à travers les années. Aussi, cet EP est inspiré d’une ancienne relation qu’il a eue. 
  • En lien avec une relation qu’il a eue.
  • Cold/mess est la chanson principale du projet. C’est une chanson qui parle d’une relation dans laquelle tu ne dois pas être censée être avec une personne, mais tu ne peux pas la quitter.  
  • EP est principalement lié à ce concept

Vie en Inde et aux États-Unis

  • Étudiant à l’Université de New York (NYU).
  • Il n’a pas planifié d’être chanteur puisqu’il a étudié l’économie et les mathématiques.
  • Il est retourné à Jaipur en Inde (sa ville natale).
  • Son idée liée à la musique était d’essayer de faire de la musique pour se faire entendre partout dans le monde

Musique indie/folk

  • Un ami de l’université lui a donné toute la discographie du chanteur folk américain Elliott Smith. Prateek Kuahd  a écouté les chansons de l’artiste américain pendant 1 an ce qui lui a fait découvrir ses pièces musicales et son catalogue musical.
  • Il a découvert le répertoire de musique d’autres artistes folk (adult indie music) comme Bob Dylan.
  • Le son de premier album In Token and Charms(2015) est folk.

Message des chansons 

  • Pas de message précis dans ces chansons.

Tournée

  • Il va visiter plusieurs villes aux États-Unis et quelques villes au Canada, dont Toronto et Montréal (le 2 avril prochain). Le 8 avril est le dernier spectacle de la tournée.

Pour plus d’informations sur Prateek Kuhad

Source de l’image : DNA India

Une conversation avec le duo Smith and Thell

Smith and Thell est un duo pop-indie-folk suédois que j’ai découvert après avoir regardé la vidéo de la chanson If I Say de Mumford and Sons.

J’ai discuté avec la chanteuse du duo suédois Maria James Smith.

Commentaire vu sous la vidéo If I Say de Mumford and Sons

Album

  • Your new EP is named Telephone Wires. Why this title?

The idea for the concept of Telephone wires came after a night driving up the hills in Los Angeles. We saw the telephone wires swirling up the roads connecting every house and spreading out across the gigantic city. There’s a wire leading to everyone.

The feeling of being so connected, yet having such a hard time communicating with some people gave birth to the song.

« There’s a wire leading to everyone»
  • In the song Alice,what is the main message behind this song?

This song is written to one of the people we love most in the world, my (Mary Jane’s) sister Alice. We lost both our parents at a young age and has always just had each other, so she means the world to me. The song is about encouraging her to make mistakes and not worry too much about tomorrow. 

  • In the song Santa Barbara, is it a homage to the city? 

All the songs on this EP is about long distance relationships and being away from home. One day in between writing we took a day of for a road trip away from LA and drove to Santa Barbara. Sometimes it’s nice to just look out a car window and let the thoughts run free. While driving we saw a road sign saying ‘Purple Heart Trail’ mysteriously pointing away from the big town, like a little hint of that there is a new place waiting for those that got their hearts beaten up in the city of angels. So you could call the song a homage to the city and the memories it left us with after this day. 

  • What are your inspirations for writing? 

All our songs are little stories from our lives, if we don’t feel like we have anything to write about we don’t write. We never force songs and go into the studio and say let’s make a banger.

Our first album was reflections of childhood, an album aiming for relief after the loss of loved ones in our lives. Telephone Wires is about the difficulties communicating in the present time. Usually inspiration comes to us when it’s not the best timing. In the grocery store, while were supposed to finish another song, or in a meeting with some stiff bank person. Now a days we don’t care anymore. We just pick up the Voice Memos and sing out ideas where ever.

  • How does your creative process work? Do you have a routine for creating your musical projects? 

It usually starts with just lyrics or a melody. Many times without chords at first. If the lyrics and melody is strong by itself, we give them a house, a production. 

  • Smith and Thell are working on a new album.

Tournée

  • Any tour coming soon? A visit to Canada? 

The tour is being planned at the moment. We really hope to go to more places in Europe and also America and Canada, we just signed a US deal with Arista so it might not be too far away.

Smith and Thell

  • Who is Smith and Thell? 

We are Mary Jane Smith & Victor Thell, two restless creative souls that met at a rock club in our hometown Helsingborg in the Southern part of Sweden.

An indie girl and a pop-guy mashing their brains together into what we hope sounds like a big nice mess. 

  • What is the message you want people to get from your songs?

There are many messages, but the nerve in our music we believe is the sadness and joy we’ve been through in life merged together. We often use heartbreaking sad lyrics on an upbeat major production. I guess cause we’re very up and down emotionally. Laughing and crying at the same time kind of people. 

  • What is your purpose for creating music? 

To get shit out of our system. When a song after finishing it sounds just like how we felt, the emotion we were carrying before kind of neutralises in our souls as well. If that makes sense. 

  • What are your musical inspirations?

We don’t listen to just one specific genre, it always comes down to great songs and great lyrics. It can be a heavy metal song or a cheesy old banger. 

An artist that has been an inspiration to me is Alanis Morisette, and these days I’m very much into Bon Iver, he’s productions are like folky robot mozart on crack and i just love he’s brain so much. Victor started of as a drummer so he loves stuff with an interesting groove and when he started of he actually listened a lot to Toto believe it or not.

Pour plus d’informations sur Smith and Thell :

Source de l’image : Smith and Thell