Une conversation avec Mariama : Love, Sweat and Tears

Mariama est une auteure-compositrice et interprète née à Sierra Leone, élévée à Cologne en Allemagne qui fait de la musique r&b et soul.  Son premier album est The Easy Way Out (2012). Elle nous revient avec Love, Sweat and Tears, son deuxième album.

Ce nouvel album contient 14 chansons qui nous emmène voyager dans l’univers de l’artiste. Par exemple, dans Moments Like These, elle chante qu’il faut prendre le temps de savourer tous les moments que la vie offre. Dans, A Little Eternity, sa voix ressemble à une fusion des chanteuses Amy Winehouse et Selah Sue, tandis que dans Dancing Shoes, Mariama nous emmène danser. Enfin, dans Grains of Wisdom, une chanson dédiée à sa petite soeur elle rend hommage aux femmes de sa famille et du monde entier.

Alors,  j’ai discuté avec elle de son nouvel album et de ses inspirations musicales.

Love, Sweat and Tears

  • Le titre a été une réalisation puisqu’elle l’a vu apparaître un soir. Elle a expliqué que « l’amour c’est beaucoup de travail, c’est d’abord un travail sur soi ».

Love 

  • Elle a l’impression que l’amour est quelque chose que l’on trouve, qu’on a et qu’on possède. Donc, nous avons la chance de le garder ou de le perdre.
  • Aujourd’hui, ce qu’elle a compris de l’amour : « c’est quelque chose que l’on doit vivre et que l’on doit développer ».  Aussi, c’est une qualité en soi, c’est la façon que l’on interagit avec les gens, etc.
  • C’est être bienveillant, patient, tendre et donner le meilleur de soi.
  • Il ne faut pas attendre qu’une personne arrive dans notre vie et nous donne ce qu’on s’imagine être l’amour pour croire que c’est véritablement de l’amour.  Donc, c’est un travail sur soi (ça c’est le côté Sweat and Tears).
  • La bienveillance et la gentillesse sont des valeurs qui sont beaucoup négligées aujourd’hui. Cela nous emmène à être déçus et triste.
  • On ne valorise pas assez les qualités qui sont les bases de l’amour.

L’inspiration du processus et de la création pour Love, Sweat and Tears

Inspiration

  • L’inspiration est un élément qu’elle ne peut pas toujours définir puisqu’elle ne maitrise pas toujours l’origine de l’inspiration. Par exemple, il y a des mélodies, des paroles ou des titres qui lui apparaissent dans ses rêves. Donc, c’est à elle, de les terminer et de travailler dessus.
  • Le moment où elle est le plus ouverte à l’inspiration est lorsqu’elle n’essaie pas trop de contrôler ou de se retrouver dans sa tête (dans des pensées).
  • Elle a beaucoup d’inspiration avant de s’endormir ou juste avant de se réveiller.
  • Quelques fois, elle les note ou les enregistre.

Processus

  • Elle a travaillé avec son co-producteur Manuel Schlindwein sur des maquettes et elle a écrit les paroles de ses chansons.

Les chansons

  • In The Wrong Places : c’est d’avoir le courage de s’éloigner de ce qui n’est pas de l’amour et de ce qui nous fait mal. Par exemple, ça peut être des choses simples comme mal se nourrir qui peut emmener à se sentir mal dans son corps et avoir des problèmes de santé. « Je n’ai pas assez d’amour moi-même pour bien me nourrir et me sentir bien dans ma peau. » Aussi, à un niveau plus subtil et difficile c’est d’accepter que nous soyons fragiles et que nous ayons besoin de prendre soin de soi.

« Être humain c’est être fragile »

« Accepter cette fragilité comme une qualité »

Style musical 

  • Soul, folk, pop avec des instruments de l’Afrique de l’Ouest

Les collaborations

  • Ballaké Sissoko & Vincent Segal : elle aime ce qu’ils font en duo et les a contacté pour participer à son album.
  • Soufian Tsunami : elle l’a rencontré il y a 3 ans. Il lui avait proposé de faire un duo pour son projet solo mais ça n’avait pas fonctionné. Donc, ils ont travaillé sur la pièce Never Mind de l’album de Mariama.

Inspirations musicales

  • Miriam Makeba
  • Sade
  • Billie Holiday
  • Etta James
  • Jonni Mitchell
  • Nina Simone

Elle a beaucoup d’inspirations jazz et folk. Les chanteuses qui la touchent sont Miriam Makeba, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Sade, Joni Mitchell, par leur voix et leur manière de faire de la musique.

Message de l’album 

Il y a deux parties au message de Love, Sweat and Tears; un faux concept qu’on a de l’amour, et ça commence par soi-même. La deuxième partie est le rapport qu’on a avec soi-même.

« On prend beaucoup de temps pour travailler sur les éléments extérieurs et ne prenons pas de temps pour travailler sur ce qui se passe à l’intérieur de nous. C’est le travail qui est le plus important. »

Il faut se connaitre et savoir ce que son cœur désire vraiment. Il faut apprendre à se pardonner et être honnête avec soi-même puis voir lorsque nous ne sommes pas fidèle à nous-mêmes.

Une tournée au Canada 

  • Elle aimerait venir au Canada!

 

Source de l’image : Mariama 

La tournée R.O.S.E de Jessie J : un moment rempli de vivacité et d’authenticité

Dans le cadre de la tournée R.O.S.E, le 17 octobre dernier, la chanteuse britannique Jessie J s’est arrêtée à la salle MTelus pour présenter les chansons de son plus récent album.

Première partie : la musique r&b à l’honneur

Kiana Lédé

Source:  Fomoblog

Kiana Lédé est une chanteuse américaine de musique r&b. Elle a présenté des chansons de son plus récent EP nommé Shameless. Par exemple, elle a chanté Shame et Fairplay qui se retrouvent toutes deux sur le EP. Kiana avait une belle connexion avec le public. À quelques reprises, le ton grave de sa voix ressemblait à celui de Jessie J. Aussi, la jeune chanteuse avait une belle présence sur scène et les membres de l’audience l’ont vite ressenti. Par exemple, entre deux chansons, une personne dans le public lui a demandé une question, elle voulait savoir où Kiana Ledé  avait acheté son pantalon de style fleuri. La chanteuse lui a répondu, tout bonnement, que c’est un vêtement vintage.

Elle a terminé sa performance avec les chansons Take It all et Show Love.

Ro James

Source : City Parks Foundation

Ro James est un chanteur auteur-compositeur-interprète originaire de l’Allemagne vivant aux États-Unis. Son premier album El Dorado est sorti en 2016. Accompagné de 3 musiciens, il a présenté plusieurs chansons de son plus récent projet musical. Toutefois, quelques fois, les musiciens jouaient trop fort et couvraient la voix de Ro James.

Il fait de la musique r&b qui a des sonorités qui peuvent ressembler à celles de DVSN ou même Trey Songz. Lors de sa prestation, il a expliqué la raison pour laquelle il a nommé son premier album El Dorado. Par exemple, sa première auto offerte par son père était une El Dorado. L’autre raison était parce que l’El Dorado représente son parcours et ses épreuves.

Il a présenté les chansons Permission, Holy Water ainsi qu’une nouvelle qui ressemble à la chanson Freak of the Week , chanson avec Krept & Konan qui a des styles musicaux reggae et dancehall. Un des moments touchants de la prestation de Ro James a été lorsqu’il a partagé des anecdotes ainsi que l’admiration qu’il a envers Jessie J. Aussi, il a parlé des personnes qui le touchent et admirent.

Il a mentionné une note d’espoir aux membres du public en disant qu’il faut conquérir ses rêves et ne pas écouter les personnes qui essaient de nous décourager. Sa mère lui a dit “We meet them for reasons and seasons” en lien avec les gens qui passent dans la vie. Donc, nous rencontrons des personnes pour des raisons et des saisons (des moments).

Son prochain album sera disponible le 19 novembre prochain, la journée de son anniversaire.

Jessie J : Énergique, franche et passionnée 

Jessie J était accompagnée de 4 musiciens. Son public était fébrile et heureux d’entendre la chanteuse britannique.

Elle a chanté les chansons de R.O.S.E. Son spectacle était présenté en chapitres tout comme son album (R: révélation, O: obsession, S: sex, E: empowerment). Les pièces musicales s’enchaînaient les unes après les autres.

Les chansons qu’elle a présentées au début du spectacle sont Think about that de son album R.O.S.E, Do It Like A Dude et Nobody’s Perfect de son premier album Who You Are sorti en 2011.

Après ces chansons, elle s’est approchée de son public montréalais et elle a expliqué les règles de son spectacle.

  1. Prendre le temps de regarder le spectacle et non pas d’être sur son cellulaire.
  2. S’amuser, danser!
  3. Prendre ce dont tu as besoin de spectacle. (chanter, danser, pleurer, vivre les émotions à travers ses chansons).

«  Music makes us feel things when we need it » 

– Jessie J

Jessie J a pris le temps d’expliquer qu’elle veut connecter avec tous les membres de l’audience et partager sa passion. Aussi, lors de son spectacle elle a partagé plusieurs anecdotes de sa vie (santé, famille) ce qui emmenait une touche d’authenticité à sa prestation.

Elle est franche, authentique et drôle. De plus, elle a pris le temps de mentionner la provenance et les raisons pour lesquelles elle a écrit ses chansons. Par contre, certains membres du public semblaient trouver les anecdotes longues, puisqu’on pouvait les entendre dire « Chante! » lorsqu’elle expliquait ses propos.

Toutefois, elle a une connexion forte avec ses fans. Jessie J a pris le temps de discuter avec eux en leur demandant leurs noms, comment ils allaient…

«  You guys are fun... you are challenging me and I love it »

 – Jessie J

À un moment, elle a fait monter 3 personnes de l’audience pour chanter son succès Who You Are. Ce fut un beau moment mais un membre du public lui a demandé de refaire la chanson.  Jessie J l’a refaite avec brio après la prestation de Masterpiece.  Elle a ensuite repris Who You Are, ce qui a plus à plusieurs!

Les conseils et les règles que la chanteuse a donnés ont fonctionné puisqu’elle même s’amusait avec ses musiciens et son public. Par exemple, vers la fin de concert, il ne lui restait plus beaucoup de temps et a demandé à l’audience “Do you want to hear Mama Knows Best or Price Tag ?”. L’audience semblait vouloir entendre les deux chansons. Enfin, ce sont ces musiciens qui ont fait le choix et Jessie J a présenté Price Tag en y ajoutant des rythmes reggae.

Finalement, il y a eu plusieurs moments cocasses lors de cette soirée et c’était un spectacle rempli d’authenticité, d’anecdotes et de leçons de vies.

Source de l’image : Billboard

M.I.A dévoile les pages de sa vie dans MATANGI / MAYA / M.I.A

Mathangi Maya Arulpragasam aussi connue sous le nom d’artiste M.I.A est une auteure-compsititrice-productrice et activiste Sri Lankaise vivant à Londres.

« This is not a documentary because M.I.A is not a normal pop star »

-The Atlantic 

MATANGI / MAYA / M.I.A est le documentaire qui met de l’avant la vie de la chanteuse à l’aide de vidéos d’archives. Ils démontrent l’histoire de la jeune fille née au Sri Lanka mais qui a grandi à Londres. Fille d’un père fondateur du mouvement Tamoul du Sri Lanka, M.I.A est une activiste dans l’âme et une artiste qui n’est pas effrayée de dire ce qu’elle pense haut et fort.

Dès son jeune âge, son activisme a été son médium de communication avant celui de la musique. Elle voulait être documentariste et créer des films. Toutefois, le monde de la musique a toujours fait partie de sa vie.  Par exemple, elle s’endormait en écoutant de la musique pop dans ses oreilles. Elle a fait la découverte de la musique hip-hop en l’écoutant à travers les murs d’un logement situé près de chez elle. Alors, son premier contact avec le hip-hop s’est produit de cette façon parce qu’elle s’était fait voler des choses, dont ces écouteurs.

« Music was my medicine » 

-M.I.A 

Le documentaire nous fait découvrir la chanteuse en nous emmenant à Londres, dans son studio de musique, à travers ses spectacles et ses multiples voyages au Sri Lanka. Ses voyages dans son pays de naissance lui permettent de mieux comprendre ses racines familiales et son histoire. Elle est une femme immigrante vivant à Londres. Dans ses chansons, elle parle d’immigration et de son expérience.  De plus, elle met de l’avant les tumultes et les violences qui sévissent au Sri Lanka. Donc, la chanteuse et activiste veut mettre en lumière ce qui se passe dans son pays d’origine.

N’ayant pas peur de dire tout haut ce que certains pensent tout bas, ses vidéos reflètent les idées que M.I.A veut véhiculer au monde. Nous découvrons son côté musical lorsque nous la voyons dans le studio travailler sur ses chansons et ses albums. C’est sur son projet musical, Matangi, sorti en 2013 qu’on retrouve le succès Bad Girls.

Enfin, MATANGI / MAYA / M.I.A met la lumière sur la vie d’une pop star qui n’est pas seulement une chanteuse engagée créative et transparente, mais une femme qui veut apporter un vent de changement avec ses convictions et opinions.

Source de l’image : IMDb