La passion du métier et les expériences pour la KOD tour

La tournée KOD de J.Cole s’est arrêtée au Centre Bell le 5 octobre dernier.

Earthgang & Young Thug

Source : Dreamville

La soirée de hip-hop a débuté avec le duo Earthgang en provenance d’Atlanta. Dès la première chanson, les deux artistes vêtus d’un ensemble une pièce orange ont su propager leur énergie. Une énergie qui s’est fait ressentir lors de toute leur prestation. Ils ont chanté Meditate puis une pièce qui mettait de l’avant leur mécontentement vis-à-vis président des États-Unis, Donald Trump . Ensuite, Earthgang a présenté la chanson prodige par J.Cole nommée Voodoo . Leur premier album, Mirrorland, sera disponible bientôt.

Source : Pitchfork 

La soirée s’est poursuivie avec l’arrivée de Young Thug, lui aussi originaire d’Atlanta. Il s’agissait de sa première prestation sur le sol montréalais. Vêtu d’un manteau rouge et blanc, il a présenté plusieurs chansons de son répertoire comme Pick Up the phoneBestfriendAin’t about the money où il y collabore avec un autre rappeur d’Atlanta, T.I. et Lifestyle. L’énergie qui était présente lors de la prestation de Earthgang a augmenté lors des chansons de Young Thug. Son plus récent projet On the Rvn est disponible.

J.Cole

Source : Billboard 

Sa prestation a débuté avec le premier morceau de l’album, Intro, qui a mis l’audience dans le contexte du plus récent album de J.Cole. Une fébrilité pouvait se ressentir dans tout le Centre Bell .

Cole a présenté les chansons de KOD comme Motiv8Kevin’s HeartFriendsATM, etc. Aussi, il a pigé dans des pièces musicales de ses mixtapes de début de carrière et de ses albums. Nous avons pu entendre Can’t get enoughWet DreamzWork itApparentlyLove Yourz, etc.

Les cris “K.O.D!! K.O.D!!” pouvaient se faire entendre. De plus, lorsque J.Cole présentait ses chansons, nous pouvions l’apercevoir sourire et être heureux d’être devant son public montréalais. Il était également accompagné de musiciens, de choristes et d’un DJ.

J.Cole a partagé avec son audience les 3 significations de son plus récent projet musical K.O.D (Kill Our DreamsKids Overdosed et Kids on Drugs). De plus, il a partagé différentes notions comme celle du succès et de la peine. Le rappeur de Fayetteville a une facilité à véhiculer son art. Par exemple, l’art des paroles et celui de raconter les histoires de ses chansons étaient bien exécutées.

Il a mentionné qu’il n’y a pas de succès du jour au lendemain. Il faut travailler et y aller un jour à la fois.

«  It’s one step at a time »

 – J.Cole

Aussi, le chemin que l’on prend pour réaliser nos rêves est plus important que le succès final puisque la route vers la réussite est pleine d’apprentissages. Un élément qu’il a souligné est que la capacité de faire face à la douleur nous rend plus en santé. Donc, il est important de parler des tourmentes que nous vivons?. Il ne faut pas pas laisser cela à l’intérieur de nous mais il faut l’extérioriser.

«  What makes up happy is our ability to process and deal with pain »

– J.Cole

Enfin, cette soirée de hip-hop était énergique. Le spectacle était axé sur les épreuves, la stabilité et la notion du succès. Les propos traités par J.Cole peuvent emmener à une réflexion sur notre relation avec nos épreuves personnelles.

Source de l’image de couverture : Variety

Russ nous fait découvrir son Zoo

Russ Vitale mieux connu sous le nom d’artiste Russ est un auteur-compositeur-producteur et rappeur en provenance d’Atlanta  aux États-Unis. Son premier album There’s Really a Wolf est paru en 2017. Il nous revient en force avec son deuxième projet musical Zoo. 

Qui est Russ ?

La démarche artistique de Russ est particulière puisqu’il a mis une chanson par semaine sur son compte SoundCloud. La première chanson à atteindre le palmarès du top 100 de Billboard est What They Want. Lors une entrevue de Billboard en 2016, il a mentionné:

« I’ve been making beats for 10 years and before I even had a Soundcloud I dropped 11 self-produced albums and that’s the narrative that I really want people to understand, this is not just “What They Want.” “What They Want” is one of 87 songs on my Soundcloud, which is after my 11 albums that I produced, engineered and wrote »

– Russ

Donc, il a créé 11 albums/mixtapes qu’il a produit lui-même avant même qu’il ne publie des chansons sur sa page Soundcloud.  Aussi, entre 2011 et 2014, Russ a sorti 87 chansons, qu’il a diffusé sur son compte ; il y a mis une chanson par semaine.

ZOO

Le second album du chanteur nous emmène faire la visite de son propre monde. Un univers où le chaos côtoie le rose et les belles couleurs. Sur Zoo qui comporte 14 chansons,  Russ collabore avec le producteur Scott Storch, les rappeurs Snoop Dogg, Rick Ross et la chanteuse anglaise Mahalia.

À l’écoute de la première chanson, The Flute Song, nous pouvons comprendre que le rappeur n’est pas prêt à donner sa place et qu’il peut faire ce qu’il veut.

« I do whatever I want, whenever I want, I love it
People keep talkin’, I just keep winning »

– Russ, The Flute Song

Ensuite, Kiss Them All, nous fait voir sa perception des médias et son opinion des rappeurs qui ont une obsession à avoir de la visibilité. Ils veulent être connus sur les réseaux sociaux et avoir du succès.  Cependant, est-ce que les réseaux sociaux donnent une illusion du succès ?

« Rappers dissin’ for attention that the music ain’t gettin’ 
I understand, it’s frustratin’ watching my [?] 
Watching arenas sell out, watching my plaques multiply 
When you don’t headline a tour, and when you drop they don’t buy 
But you got followers though, but what they followin’ for 
But that’s ’cause most of them are fake, let me let your followers know 
That y’all be payin’ social media agencies twenty thou’ every month 
Just to comment, like, and follow your account 
It’s all a front, y’all are glorified Instagram entertainers 
Got millions of followers, but can’t even sell out your basement (…) »

– Russ, Kill Em’ All

De plus, dans la chanson Missin you crazy, il raconte l’histoire qu’il a vécueavec une fille qu’il a perdue de vue mais qu’il n’arrive pas à oublier.

Les autres pièces musicales de Zoo touchent des sujets comme sa relation familiale, celle avec son père (Voicemail, Parkstone Drive) ainsi quela santé mentale comme la bipolarité dans Begging You. Il tente également de trouver une balance dans sa vie (Parkstone Drive), dans son entourage (Keep my wits), et dans  ses relations amoureuses (Missin You Crazy, Serious, Keep it Pushin, From a Distance), etc.

«  I got way too much stress for any more bad press 
Especially another lie that they make up and stretch 
Damn, I can’t lie, shit is takin’ a toll 
So much hate sent to me, some stays in my soul 
To the point that when I walk into the booth, that’s what I let out 
Makes for good songs but mentally I’m tryna get out 
Tryna focus on the good, not the evil

(…)

Don’t get it twisted, I’m grateful for everything 
But the devil’s still asking for a wedding ring 
I declined, tried to focus on love 
Tried to focus on fans, tried to focus on Russ 
Everyday another lie, sometimes it feels like a curse 
Sometimes it feels like necessary preparation for first » 

Russ, Parkstone Drive

Le zoo de Russ est représenté de plusieurs manières sur son album. Il se pose plusieurs questions et tente d’y trouver des réponses. Comment trouver une balance dans le monde que nous vivons ?  Comment faut-il trouver un équilibre lorsqu’il y a des millions de personnes qui interagissent en même temps sur les réseaux sociaux? Comment faut-il arrêter les bruits du zoo?

Finalement, le second album de Russ emmène une clarification sur les pensées du rappeur et ses histoires. Un album à sonorités rap avec des touches de r&b qui nous fait découvrir un artiste de 26 ans qui a plus de 10 ans d’expérience puisqu’il démontre que l’ascension au succès ne se fait pas du jour au lendemain.

Source de l’image : All Music

 

 

 

Une introspection dans la vie de Jessie J avec R.O.S.E

L’auteure-compositrice-interprète britannique Jessie J, nous revient avec l’album R.O.S.E, qui est son 4e en carrière. Il est disponible depuis le mois de mai dernier.

R.O.S.E est divisé entre 4 thèmes :

: réalisations (Realisations)

0 : obsessions (Obsessions)

S : sexe (Sex)

E : pouvoir d’être fort et confiant (Empowerment)

Ces quatre thèmes se retrouvent sur 16 chansons. Ces pièces musicales nous permettent d’écouter les anecdotes avec intimité. La manière dont elle chante les paroles est fait en douceur, mais avec précision. Certaines chansons sont plus rythmées que d’autres.

De plus, dans R.O.S.E., nous entendons un son r&b/soul. La voix de Jessie J voyage à travers les sons et la musique pour raconter des histoires. Ces chansons s’apparentent à une conversation, plus précisément elle discute des différents propos qu’elle veut véhiculer. Par exemple, sur la chanson Easy on You, le thème est la patience. Cette pièce musicale démontre qu’elle essaie de faire comprendre à une personne d’être patiente avec elle, car elle grandit et gagne en maturité. Donc, ceci est un processus qui peut prendre du temps.

« Please don’t be so hard, so hard on my heart
I’m a delicate flower tryna grow inside your arms
Please don’t be so cold, be patient while I grow
I wanna try, I won’t always get it right but I need you to know
To go easy on me  »

-Easy On Me

Aussi, I Believe In Love et Glory font parties de la section Empowerment de l’album. Elles sont des chansons qui apportent un message positif même si les histoires que Jessie J raconte semblent difficiles.

Imma stand and fight
Gotta do what’s right
I can feel the lights
Hands up
Glory

-Glory

I know I’ll be alright
I know that I’ll survive
I know I’ll rise above it
‘Cause I believe in love
And even when it’s hard
Livin’ with my scars
It never miles to nothing
‘Cause I believe in love

-I Believe in Love

Selon moi, la dernière chanson du plus récent projet musical de Jessie J nommée Queen est la pièce la plus puissante de l’album. Elle démontre un message de fierté et de confiance en soi.

I love my body
I love my skin
I am a goddess
I am a queen
– Queen

Enfin, le message de R.O.S.E est de surpasser les épreuves et de s’aimer comme nous sommes. Finalement, ce quatrième album est introspectif et nous présente le cheminement de Jessie J en tant que femme, un peu à la manière d’un journal intime.

Source de l’image : Billboard