4 nouvelles chansons de Bertille des Fontaines

Bertille des Fontaines, auteure-compositrice et chanteuse nous revient avec quatre nouvelles chansons. Ces pièces musicales se retrouvent sur son projet musical D’Amour et d’eau fraîche. Elles sont les 4 dernières chansons qui complètent son album qui comporte 12 titres.

Les chansons

Les titres des chansons sont Les Amours Oniriques, Paris Mon Amour, D’Amour et D’eau fraîche et Si La Do Ré.

En écoutant les chansons de Bertille des Fontaines nous pouvons entendre que la guitare semble être l’instrument principal de ces pièces. Cet instrument emmène une touche spéciale aux chansons.

À quelques moments, il est difficile d’entendre les paroles puisqu’il y a plusieurs sons qui se mélangent. Toutefois, la pièce musicale Paris Mon Amour m’a fait pensé à une chanson du duo Les Sœurs Boulay.

Bertille des Fontaines – Paris, Mon Amour

Enfin, l’album D’Amour et d’eau fraîche de l’auteure-compositice et chanteuse française est un album à découvrir où nous pouvons entendre plusieurs styles musicaux (pop-folk-acoustique/poésie).

Source de l’image : Facebook

Une conversation avec Bertille des Fontaines

L’auteure-compositice et chanteuse française à textes aux accents lyriques et oniriques. Bertille des Fontaines est une artiste qui a plusieurs produit plusieurs chansons. Son plus récent projet se nomme d’Amour et d’eau fraîche. De plus, elle a écrit des romans et est la co-fondatrice du Clan des Carpates, une association culturelle située en France.

Nous avons discuté de ses divers projets, son processus créatif et du Clan des Capartes.

Musique

  • Vous avez écrit les chansons  du projet « d’Amour et d’Eau fraîche», que voulez-vous véhiculer dans vos chansons? Quels sont les messages? 

Huit chansons et quatre autres à venir issues de cette période «  D’amour et d’eau fraîche  ». Douze chansons au total, dont chaque message d’amour vibre respectivement avec les douze heures du jour et celles de la nuit en miroir, les douze mois de l’année, les douze signes du zodiaque, les douze méridiens-organes-entrailles, enfin, avec les douze travaux d’Hercule, et véhiculent, en passion, leurs bienfaits, oraison de guérison :

À la dérive (Numéro de sortie) 1

(Heures) 01h01. 13h13. (Mois) Janvier. (Signe) Bélier. (Méridiens-organes-entrailles) Reins. (Mythe herculéen) Lion de Némée. À la dérive et ses flots d’amour chassent les peurs et les doutes que les reins redoutent, en écoulant les chagrins anciens au loin.

(L’)Allée des Cygnes – 2

02h02. 14h14. Février. Taureau. Foie. Hydre de Lerne. L’Allée des Cygnes balaye les fleurs de souci, d’une aubade en balade, et redonne, en son refrain, terre de liberté, regain d’énergie et de vitalité.

(Les) Amours Oniriques – 9

03h03. 15h15. Mars. Gémeaux. Vésicule. Biche aux pieds d’airain et cornes d’or.  Les Amours Oniriques soulèvent le voile des rêves-miroir et révèlent, passe-muraille de dimension évanescente, les espoirs de fiançailles d’une passion naissante.

Anthologique Amour – 7

04h04. 16h16. Avril. Cancer. Rate. Sanglier d’Erymanthe. Anthologique Amour, corps-à-corps de chair et de bois, où résonnent, en chœur, les tambours d’un troubadour de cœur et de sa muse velours en fleur. 

D’amour et d’eau fraîche – 12

05h05. 17h17. Mai. Lion. Cœur. Écurie d’Augias. D’amour et d’eau fraîche, titre éponyme de cette période d’amour fleuve, rafraîchit la mémoire, les cœurs convalescents et les sens, de ses essences de jouvence, à la claire fontaine de la clairvoyance.

D’une Marguerite – 8

06h06. 18h18. Juin. Vierge. Intestin grêle. Oiseaux du Lac de Stymphale. D’une Marguerite, en un rite d’amour, effeuille, aphrodisiaque, la fleur femelle jusqu’à l’organe mâle, retirant pétale après pétale, tels des larmes, tout chagrin passé de l’âme. 

Mon Amant de Karma – 4

07h07. 19h19. Juillet. Balance. Maître du cœur. Taureau de crête. Mon Amant de Karma traverse avec douceur, la belle saison, de la floraison des bourgeons en passion, jusqu’à la joie de l’été passé maître ès cœurs.

(La) Nuit – 3

08h08. 20h20. Août. Scorpion. Triple réchauffeur. Cavales de Diomède. La Nuit transporte, en son cœur, la rancœur du temps qui passe jusqu’à la sérénité de l’éternité qui jamais ne trépasse.

Paris, Mon Amour – 11

09h09. 21h21. Septembre. Sagittaire. Poumon. Ceinture d’Hippolyte. Paris, Mon Amour, ses promesses « pour toujours », et ses fleurs d’amour en cage, engagent ses amants, mis en gage d’amour, à la vie à la mort, ultime hommage, à la ville illuminée des Dames. 

Si La Do Ré – 10

10h10. 22h22.  Octobre. Capricorne. Gros intestin. Bœuf de Géryon. Si La Do Ré, en quelques notes, convoque les corps en correspondance, invoque les inspirations passées, et, dans l’espérance retrouvée, révoque tout regret. 

(La) Valse Ivre – 6

11h11. 23h23. Novembre. Verseau. Estomac. Pommes d’or du jardin des Hespérides. La Valse Ivre, valse du feu, danse de jouissance, souffle les airs chauds de la passion et réaccorde, d’un commun accord, les corps liés par les cordes à jamais. 

Vol de Nuit – 5

12h12. 00h00. Décembre. Poissons. Vessie. Cerbère. Vol de Nuit, tel un séraphin inouï, plane en messager de la paix, et inonde de larmes de joie, la terre implorée.

  • Qu’est-ce vous inspire à faire de la musique? 

L’amour ! La poésie ! Les songes de la nuit ! La magie du jour ! La mort, encore et puis, toujours, la vie !

  • Quel est votre processus de création?

Je n’ai pas de processus, de méthode.  Je suis née prête à l’emploi, et, à cet effet, je n’ai aucun mode. Je ne réponds à aucun code, celui du morse du cosmos, excepté. L’inspiration est une naturelle intention, je la puise dans les lumières de mon intuition. Moi, muse et poète, m’amuse à exprimer sans cesse, le cœur de mon œuvre en liesse. Ainsi, naît, chacune de mes créations.

  • À l’écoute de vos chansons, nous entendons de la guitare, est-ce l’instrument que vous utilisez pour composer vos chansons?

Oui. Ladite « Marguerite », ma guitare dite, classique, est un corps authentique dont je ne peux plus me défaire. Je fais corps avec elle, elle fait corps avec moi. Hors-scène, elle me tient à cœur et au corps, porte-voix, et croix, démultipliant ses accords, comme autant de corps amants de mon propre instrument. Aussi, sur scène, de concert, en accord, elle me sert, encore, de garde-corps. Ensemble, nous donnons corps à Bertille des Fontaines et ses chansons, à textes, à prétextes, et autres cœurs, de gestes…

  • Quel est le message dans la chanson «  La Nuit » ?

Il y a dans La Nuit, la notion du temps qui s’arrête ou qui passe. Le temps qui compte ou qui est compté, ou qui se décompte sans arrêt. L’on se rend compte, alors, en cette nuit suspendue, du parcours velours révolu de l’amour dévolu, de ce qui est peut-être perdu et, à jamais, éperdu… Le temps de l’amour, écho du passé, figé dans le présent, en sursis, futur d’immortalité. 

Bertille des Fontaines – La Nuit
  • Comment décririez-vous votre style musical?

Comme une suite de balades bertilliennes, à deux, trois temps, le plus souvent, valsant dans le néant d’un Spleen, épousant le Blues, avec pour féline figure de style, Bertille, à corps perdu et voix éperdue, troubadour d’amour, sur le fil des Fontaines, en marche de cœur, toujours. J’ai le souci, jusqu’au pistil, du style. Du style, à l’épreuve, du style, à l’œuvre, du style jusqu’au culte… Du style, en bouquet, du style, en exercices, du style, à l’étude… Mille effets de style signés à la veine du stylet, voilà, là, le style Bertille des Fontaines. Vivre avec une intensité fertile et vibrer, toujours, avec style. 

Autres projets 

  • Qu’est-ce que «  Les Chroniques des Fontaines » ? 

Les Chroniques des Fontaines est une revue créée par Arnaud Delporte-Fontaine et moi-même. C’est un site fait d’encre d’un sang vert-de-gris, de plumes de cœur et d’esprit, de pierres, briques et rubriques littéraires, parisiennes, culinaires, où l’on peut inscrire de longs ou courts récits à l’humeur, à coup de cœur, à l’envi ! En « Place des Fontaines », le rendez-vous est pris : https://chroniquesdesfontaines.wordpress.com/.

  • Tous contes de fées : Vous avez sorti 2 tomes. Qu’est-ce qui vous a inspiré à écrire ses histoires? 

Tous contes de fées, créé par Arnaud Delporte-Fontaine et moi-même, est un recueil de neuf contes oniriques et fantastiques, une littérature à quatre mains, deux têtes, issu de nos imaginaires réunis, articulé en trois tomes, dont les deux premiers sont déjà parus. Le troisième sort dans le courant de l’été. L’univers vert des contes est propice à l’onirisme, à l’imaginaire et la créativité, c’est une terre rêvée pour faire fleurir nos plumes alliées.  

  • Le Clan des Carpates est une association culturelle, quelle est la mission?

Le Clan des Carpatesest une famille dédiée à la création, et, a pour mission d’aider et de guider tous les créateurs, auteurs et acteurs en herbe à mener à bien leur projet, dans le présent ou le futur, qu’importe leur envergure. 

  • Il est indiqué dans la page «À propos » que « LE CLAN DES CARPATES propose à tous les créateurs, une alternative, celle de mettre en avant leur intuition et appuyer leur idée originelle, sans laquelle, la théorie n’est d’aucune utilité, car au final, seule la pratique compte. » Quels sont les outils ou les moyens utilisés pour que les créateurs utilisent leur intuition? 

Cela dépend de la demande et des profils des personnes qui viennent à notre contact. En général, il s’agit de créer avec elles, une relation privilégiée, un lien familier, au moyen de divers échanges, connexions, formules et autres procédés, et ainsi de révéler leur potentiel, d’orienter leurs idées, de les sortir de toute théorie terrorisante, et de leur donner des ailes, outils bien pratiques pour faire décoller leur projet ! Rendez-vous sur le site du Clan des Carpates pour découvrir toutes nos offres (formules et outils : Script doctoring, Kit Réal et Kit Scénar, profil d’acteur, etc.).

  • Un album ?

Le Summum « D’amour et d’eau fraîche » !

Artiste

  • Qui est Bertille des Fontaines ?  (vous êtes une chanteuse à textes et rédigez des articles pour les Chroniques des Fontaines)

Je vous livre un morceau choisi de mon être, façon « Dans la peau », histoire de pouvoir vous glisser dans ma chair, et peut-être, me mettre à nu, le temps d’une balade bertillienne :

« Je suis Bertille des Fontaines. Et je suis morte trois fois, déjà. La première : j’ai été fauchée à la majorité par le vide de l’espace. La deuxième : j’ai attendu que la vie passe, se fasse. Je suis morte sur place. Et la troisième : À la dérive, j’ai bu la tasse. L’enfer de tes yeux a eu raison de moi. Et puis, je me suis éveillée sous les feux de la Liberté, au beau milieu de l’Allée des Cygnes… J’ai suivi les plumes survenues sur le pavé. Je me suis dit que c’était le signe de t’y retrouver, jamais… Alors, j’ai pris le dernier train qui passait à La Nuit tombée. Je me suis laissé emporter par ce transport d’amour sans possible retour… Et j’ai rêvé, rêvé, rêvé, encore et encore, comme chaque nuit jusqu’à l’aurore. De toi, mon Saṃsāra, de toi, Mon Amant de Karma. Et puis, des bruits de fer m’ont éveillée en sursaut, des pierres se sont abattues dans l’éther, en écho… Un Vol de Nuit délétère m’a mise en terre, aussitôt… Six pieds sur terre encore, je me retrouve, alors, à l’orée d’un onirique champ fleuri, où tout devient possible. Le rêve et la réalité sont deux amants nus. Dans la peau de mon être mis à nu, mes sens, sens dessus dessous, je ne sais plus dans quelle dimension ma passion prend flamme. Mon corps et âme s’enflamment. Me voilà dans la transe de La Valse Ivre ; dans le corps-à-corps authentique de mon Anthologique Amour ; dans les pétales-météorites D’une Marguerite ; me voilà, droit dans Les Amours Oniriques ; dans les cordes adorées en Si La Do Ré... Ô, Paris, Mon Amour, enfin, me voilà pour toujours, en marche sur la Seine qui m’a faite tienne et ce que je suis, Bertille des Fontaines, vibrant à jamais D’amour et d’eau fraîche, à vie et à l’envi. Me voilà, sirène, sereine, déjà sûre et certaine, d’avoir, en veine, vécu. Me voilà, tienne, Bertille des Fontaines, sur la scène dévolue. »

  • Quand avez-vous commencé à écrire des chansons? 

En 2007. Quelqu’un que j’aimais très fort est mort. Dès lors, la boîte aux airs d’or s’est ouverte dans ma tête, et depuis, me hante et m’entête…

  • Vous écrivez des contes de fées, des chansons et des livres de cuisine…qu’est-ce que vous préférez faire?

Chansons à textes, contes de fées, tels Tous contes de fées, contes culinaires, tels les Contes culinaires de la fée Myrtille, nouvelles, courts et longs récits… Toutes mes œuvres en fleuve, d’apparences éloignées, ont pourtant les mêmes résonances où valsent à l’unisson, la passion et la guérison, la magie et l’imaginaire, l’onirisme et le surréalisme… Même si, j’avoue avoir un faible pour la scène, je n’ai aucune préférence à réaliser toutes mes créations, réactions en chaîne.

Pour plus d’informations sur Bertille des Fontaines

Source de l’image: Babelio