Un artiste à suivre…Wesley Sky!

Le 11 octobre dernier, le spectacle de Wesley Sky a eu lieu au restaurant-lounge Orhema situé à Laval.

Ce fut une soirée de musique et de découvertes musicales où Wesley Sky, artiste et rappeur montréalais en provenance de Cartierville a donné un spectacle en compagnie d’artistes invités.  

Cette soirée musicale animée par Kara Antoine nous a donc fait découvrir divers artistes venus partager leur art.

Les artistes invités

Les deux artistes qui sont venus faire leurs prestations sur scène sont la chanteuse Suffi Makaya et le poète Vu Zi.

Suffi Makaya a fait une belle interprétation de la chanson Diamonds de Rihanna. Toutefois, à quelques moments la voix de Suffi Makaya était trop basse et nous ne pouvions pas bien entendre sa voix. À mon avis, la performance a été trop courte et nous aurions voulu entendre davantage de son répertoire.

Ensuite, a suivi la performance de Vu Zi qui a présenté deux poèmes, dont un, nommé “Jeunesse décadente”. Le poète a mentionné avoir eu une réflexion portée sur l’amour. Il a dit qu’une preuve d’amour est d’écouter. Donc, il faut être attentif et porter une attention particulière à ce que les artistes nous présentent. 

La dernière prestation de la première partie de la soirée a été consacrée à la rappeuse Po Lean. Elle a chanté des pièces musicales de son EP Growing Through It . Po Lean veut inspirer son public à avoir un esprit de force et de courage. Elle à une belle énergie sur scène! Son projet sera disponible en janvier 2020. Hâte de découvrir son EP!

Wesley Sky

Wesley Sky a présenté plusieurs chansons à son public (#teamBATISSEURS) comme  Jungle et TRAP (Travail – Respect – Amour – Passion).  Il a fait la chanson Lettre à mes fils, dédiée à ses fils, une pièce d’un ton plus personnel, car il voulait que son public saisisse qui il est. 

“Je fais du rap constructif avec style”

-Wesley Sky

Une des questions qu’il a posé au public est : 

Téquitoi? (Tu es qui toi?)

Moi, c’est Wesley Sky toi tu es qui?

L’artiste montréalais a expliqué qu’il était important de savoir qui nous sommes. Aussi, il a mentionné également lancé un puissant message concernant la dépression : 

« J’ai vécu la dépression et ça ne définit pas qui je suis”

– Wesley Sky

Donc, qu’est-ce qui nous définit? Notre métier? Notre passion? Notre entourage? 

L’énergie dans le lounge était électrisante et nous pouvions voir quelques membres du public chanter les paroles des pièces musicales. 

Enfin, une belle énergie s’est fait ressentir lors du spectacle. Il semble que le thème de la soirée était l’identité. Être fier de qui nous sommes et du chemin qui est dessiné devant nous. Tous les artistes ont démontré cela au public. Alors, et toi….téquitoi?

Source de l’image : Wesley Audigé

Russ nous fait découvrir son Zoo

Russ Vitale mieux connu sous le nom d’artiste Russ est un auteur-compositeur-producteur et rappeur en provenance d’Atlanta  aux États-Unis. Son premier album There’s Really a Wolf est paru en 2017. Il nous revient en force avec son deuxième projet musical Zoo. 

Qui est Russ ?

La démarche artistique de Russ est particulière puisqu’il a mis une chanson par semaine sur son compte SoundCloud. La première chanson à atteindre le palmarès du top 100 de Billboard est What They Want. Lors une entrevue de Billboard en 2016, il a mentionné:

« I’ve been making beats for 10 years and before I even had a Soundcloud I dropped 11 self-produced albums and that’s the narrative that I really want people to understand, this is not just “What They Want.” “What They Want” is one of 87 songs on my Soundcloud, which is after my 11 albums that I produced, engineered and wrote »

– Russ

Donc, il a créé 11 albums/mixtapes qu’il a produit lui-même avant même qu’il ne publie des chansons sur sa page Soundcloud.  Aussi, entre 2011 et 2014, Russ a sorti 87 chansons, qu’il a diffusé sur son compte ; il y a mis une chanson par semaine.

ZOO

Le second album du chanteur nous emmène faire la visite de son propre monde. Un univers où le chaos côtoie le rose et les belles couleurs. Sur Zoo qui comporte 14 chansons,  Russ collabore avec le producteur Scott Storch, les rappeurs Snoop Dogg, Rick Ross et la chanteuse anglaise Mahalia.

À l’écoute de la première chanson, The Flute Song, nous pouvons comprendre que le rappeur n’est pas prêt à donner sa place et qu’il peut faire ce qu’il veut.

« I do whatever I want, whenever I want, I love it
People keep talkin’, I just keep winning »

– Russ, The Flute Song

Ensuite, Kiss Them All, nous fait voir sa perception des médias et son opinion des rappeurs qui ont une obsession à avoir de la visibilité. Ils veulent être connus sur les réseaux sociaux et avoir du succès.  Cependant, est-ce que les réseaux sociaux donnent une illusion du succès ?

« Rappers dissin’ for attention that the music ain’t gettin’ 
I understand, it’s frustratin’ watching my [?] 
Watching arenas sell out, watching my plaques multiply 
When you don’t headline a tour, and when you drop they don’t buy 
But you got followers though, but what they followin’ for 
But that’s ’cause most of them are fake, let me let your followers know 
That y’all be payin’ social media agencies twenty thou’ every month 
Just to comment, like, and follow your account 
It’s all a front, y’all are glorified Instagram entertainers 
Got millions of followers, but can’t even sell out your basement (…) »

– Russ, Kill Em’ All

De plus, dans la chanson Missin you crazy, il raconte l’histoire qu’il a vécueavec une fille qu’il a perdue de vue mais qu’il n’arrive pas à oublier.

Les autres pièces musicales de Zoo touchent des sujets comme sa relation familiale, celle avec son père (Voicemail, Parkstone Drive) ainsi quela santé mentale comme la bipolarité dans Begging You. Il tente également de trouver une balance dans sa vie (Parkstone Drive), dans son entourage (Keep my wits), et dans  ses relations amoureuses (Missin You Crazy, Serious, Keep it Pushin, From a Distance), etc.

«  I got way too much stress for any more bad press 
Especially another lie that they make up and stretch 
Damn, I can’t lie, shit is takin’ a toll 
So much hate sent to me, some stays in my soul 
To the point that when I walk into the booth, that’s what I let out 
Makes for good songs but mentally I’m tryna get out 
Tryna focus on the good, not the evil

(…)

Don’t get it twisted, I’m grateful for everything 
But the devil’s still asking for a wedding ring 
I declined, tried to focus on love 
Tried to focus on fans, tried to focus on Russ 
Everyday another lie, sometimes it feels like a curse 
Sometimes it feels like necessary preparation for first » 

Russ, Parkstone Drive

Le zoo de Russ est représenté de plusieurs manières sur son album. Il se pose plusieurs questions et tente d’y trouver des réponses. Comment trouver une balance dans le monde que nous vivons ?  Comment faut-il trouver un équilibre lorsqu’il y a des millions de personnes qui interagissent en même temps sur les réseaux sociaux? Comment faut-il arrêter les bruits du zoo?

Finalement, le second album de Russ emmène une clarification sur les pensées du rappeur et ses histoires. Un album à sonorités rap avec des touches de r&b qui nous fait découvrir un artiste de 26 ans qui a plus de 10 ans d’expérience puisqu’il démontre que l’ascension au succès ne se fait pas du jour au lendemain.

Source de l’image : All Music

 

 

 

Un spectacle coloré pour Drake et les 3 Migos

Le 4 septembre dernier, Drake et le groupe Migos ont fait un arrêt au Centre Bell dans le cadre de leur tournée Aubrey and The Three Migos. 

Première Partie : Roy Woods 

Roy Woods, chanteur canadien, signé à l’étiquette de disque OVO à fait quelques chansons. Lors de sa performance, son invité surprise, Baka Not Nice, a fait sa chanson Living up to my name. Malheureusement, à plusieurs reprises lors de la prestation de Roy Woods, il nous était difficile d’entendre ce qu’il disait où même chantait. Même si le son n’était pas à son meilleur, cela a été pour moi la parfaite occasion de me familiariser avec ses chansons puisque je ne les connaissais pas.

Migos

Par la suite, il y a eu la performance du célèbretrio d’Atlanta, Migos. Les troisétaient habillés d’un ensemble de couleur; Quavo en rouge, Offset en jaune et TakeOff en vert. Bien évidemment, les couleurs de leurs costumes s’agençaient avec les effets pyrotechniques et les couleurs fluorescentes de la scène. Une belle ambiance était installée dans le Centre Bell. Le trio a chanté plusieurs hits de leurs albums Culture, Culture II et de leurs autres projets musicaux comme : Hannah Montana,Pipe It UpBad and BoujeeMotorsportFight Night, etc. L’énergie n’enlevait pas le fait que l’on ne pouvait pas entendre tout ce que les Migos partageaient avec leur public. Un peu comme la prestation de Roy Woods, le son n’était pas à son meilleur.

Aubrey Drake Graham 

Drake est arrivé 45 minutes après la performance de Migos. Il a performé les chansons de son plus récent album Scorpion. La performance du rappeur torontois était divisée en deux parties, Side A et Side B, tout comme le projet Scorpion.

Drake était sur une scène de forme rectangulaire situé elle-même au milieu de l’amphithéâtre où il y avait plusieurs écrans positionnés au-dessus de lui. L’organisation de la scène permettait au public de bien percevoir la performance. Donc, Drake a pigé dans son répertoire d’une décennie où il a fait 8 out of 10Mob TiesEmotionlessOverAll MeControllaWorkStarted from the bottomEnergy, sans oublier God’s PlanNice for What et In My Feelings. Il a même collaboré avec Migos sur Walk it Like I Talk it et Versace (remix).  Les effets techniques et les couleurs agrémentaient bien la performance de Drake. Toutefois, à quelques reprises, il était difficile d’entendre ce qu’il partageait à son public même si celui-ci lui donnait beaucoup d’énergie.

«  Montreal it feels good to be home! » 

-Drake 

Enfin, Drake a remercié son public et ses fans de suivre sa carrière, mais surtout d’être toujours au rendez-vous. Un message d’amour et d’unisson se faisait ressentir lors de cette soirée musicale.

 

 

 

Source de l’image: Z 1035